Se donner les moyens de vendre sur Internet

Les nouvelles solutions e-commerce ont démocratisé la vente en ligne, et il est maintenant très simple et peu couteux de lancer sa boutique en ligne. C’est à la fois souhaitable, et regrettable.

Regrettable, car une grande partie de ces tentatives sont, dès le départ, vouées à l’échec. Tout simplement parce que leurs créateurs ne s’en sont pas donné les moyens.

Les moyens financiers
vendre sur Internet

Oui, un site de e-commerce est une entreprise, et doit être abordé comme tel : on ne monte pas une entreprise sans argent.
La création du site, sa charte graphique, le référencement, la publicité, les différents experts et conseils,  tout cela a un coût. De même il faut prévoir que, comme dans toute petite entreprise, le créateur ne pourra se verser de salaire pendant six mois un an cent ans un certain temps.

Mais cet argument du « je n’ai pas de sous » est bien trop souvent employé pour justifier un site bâclé : un bon projet, bien pensé et bien présenté, trouvera toujours son financement.

Les moyens en temps disponible

Beaucoup de ceux qui vendent en ligne le font comme un complément de revenus, tout en gardant un emploi salarié. Cela est très louable, mais si vous voulez passer à la vitesse supérieure et  vivre des revenus de votre site e-commerce, il vous faudra y consacrer énormément de temps. Je le rappelle : il s’agit d’une entreprise, et rien n’est plus chronophage.

Les moyens relationnels

Ce qu’il y a de bien avec Internet, c’est qu’on n’est pas tout seul. On peut très facilement communiquer avec des partenaires, des spécialistes, des gens de bon conseil, voire avec des concurrents. Il est indispensable de se constituer un bon réseau, avec qui partager des infos, car Internet est en perpétuelle évolution.

Les moyens intellectuels
Comment vendre sur Internet

En fait, les moyens intellectuels sont les plus importants de tous. Cela ne veut absolument pas dire se la péter intello-Saint-Germain-des-Prés-prout-ma-chère. Cela ne veut pas dire non plus que l’e-commerce est réservé à ceux qui ont fait des années d’études : au même titre que l’ »intelligence manuelle », il existe une « intelligence commerciale » et bien des réussites sont dues à des cancres.

Se donner les  moyens intellectuels , c’est simplement avoir l’esprit ouvert, ne jamais rien considérer comme acquis, être curieux , se former en permanence.

Et en premier lieu, penser sa boutique dans sa globalité bien avant qu’elle ne soit en ligne.
Pourquoi tel type de produit et pas tel autre ? Quelle est la clientèle visée ? De quelles ressources puis-je disposer et quelles sont celles qui me manquent ? Combien cela est-il susceptible de me couter/me rapporter ? Et surtout : vais-je prendre du plaisir dans cette activité ?

C’est en effet le plaisir que l’on prendra qui nous donnera ces fameux moyens intellectuels, d’où découlera tout le reste.

En conclusion, pour vendre sur Internet, il faut s’en donner les moyens. Mais ceci n’est-il pas valable pour toute entreprise humaine ?

Tags : , , , ,

5 commentaires à “Se donner les moyens de vendre sur Internet”

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Wizishop. Wizishop said: RT @Dugomo: #eCommerce Se donner les moyens de vendre sur Internet http://bit.ly/dIVxIQ […]

  2. Maxime - Webow 3 janvier 2011 at 17h09 #

    Personnellement, j’utilise wizishop. Je les considère comme mes sous traitants technique. Ma boutique évolue avec la technologie et mise à part des bug en fin d’année suite à un gros changement de serveurs, je suis super content après 4 mois d’exploitation.

  3. faire-part 6 janvier 2011 at 19h42 #

    Salut Dugomo,

    Excellente analyse, l’obligation de moyens à chaque niveau (et tu le résumes très bien) est essentiel. Mais cela ne garantira jamais le résultat…

    Bonne continuation,
    Et au plaisir de te lire,

    Christophe

  4. faire-part 6 janvier 2011 at 19h43 #

    N’oublie pas de mettre ton blog en dofollow 😉 Histoire de remercier les gentils commentateurs.

  5. Delphine Dumont 6 janvier 2011 at 20h48 #

    Comme dit la pub : « It’s a bit strong ! ». Effectivement, ouvrir sa boutique en ligne est nettement plus complexe qu’ouvrir un blog même si, techniquement, ça peut sembler presque aussi simple. Il peut alors arriver que, comme des enfants, nous nous nichons dans cette facilité confortable et nous laissons piéger. Cette approche n’est rien d’autre qu’un cul-de-sac !

    Excellent article, merci de rappeler les fondamentaux !