Des cannes à pêche testées dans l’anus d’un Japonais !

Je reviens du salon de la Pêche de Clermont-Ferrand, le plus gros évènement halieutique en France. Entre autres, je suis allé parler aux responsables communication de certains fabricants ou importateurs, les poids lourds du secteur étant japonais. Je leur proposais de leur écrire  gratuitement des articles sur l’excellent blog de pêche Pecheur.info. Articles sur leurs nouveaux matériels, à condition qu’ils veuillent bien me fournir leurs communiqués de presse, photos, et autres éléments rédactionnels.

Si certains ont bien compris tout l’intérêt de la chose, et j’ai noué de très bons contacts, d’autres, moins au fait de ce qu’est Internet, m’ont plus ou moins pris pour un martien. J’ai eu même eu droit à ce savoureux « A quoi ça pourrait nous servir, nous avons déjà notre site Internet »….

Imaginons maintenant qu’un petit rigolo s’amuse à écrire un article dans lequel il affirmerait :

Les cannes à pêche de la marque « Machin-Chose » sont testées une par une dans l’anus d’un japonais

e-reputation

Évidemment, ça ferait rigoler tout le monde, ce serait repris sur les forums et dans les médias sociaux, et l’ami Google, voyant là un sujet important, se hâterait de référencer l’info.
Et le client, le jour où, chez son détaillant, on lui proposerait de prendre en main une canne de la marque Machin-Chose, il aurait un petit mouvement de recul : si c’est écrit sur Internet, c’est peut-être vrai

Que fait l’internaute lorsqu’il désire un nouveau matériel ?
Bien sûr il va consulter le site du fabricant, pour avoir les spécificités techniques, et les sites marchands, pour comparer les prix.
Mais il sait bien que ces sites là sont mus par un intérêt commercial. Il va plutôt chercher les infos auprès des autres utilisateurs, sur les blogs et les forums : il y trouvera des gens qui partagent sa passion et sauront le conseiller.

Depuis la démocratisation du Net et l’avènement des réseaux sociaux, la communication d’une marque n’est plus verticale, elle se fait dans tous les sens. C’est un bien pour les marques, car ce sont bien souvent les utilisateurs satisfaits qui deviennent leurs prescripteurs, gratuitement, et recommandent avec plaisir aux autres internautes tel ou tel matériel. Mais l’inverse est aussi vrai : une marque ou un matériel peuvent se retrouver au banc d’infamie, subir ce qu’on appelle un bad buzz.

Une marque se doit de surveiller ce qui se dit d’elle sur le Net, créer des alertes sur son nom et ses produits, collaborer avec leurs meilleurs ambassadeurs et prescripteurs.

Domo Aligato.

NB : mais où va t-il chercher des images pareilles pour illustrer ses articles ? Sur Internet, évidemment. Je l’ai juste recadrée, parce que…

Tags : , , , , ,

20 commentaires à “Des cannes à pêche testées dans l’anus d’un Japonais !”

  1. Sylvain l'esoxiste 18 janvier 2012 at 21h39 #

    Trop cool, et juste en plus.
    Félicitation

  2. vinchuchu 18 janvier 2012 at 22h11 #

    Voila un article qui me réjouis, c’est tellement vrai ! Mais quelle est donc cette marque qui inflige de tel châtiments à ces pauvres japonais ? hein ? Mac ou PC ?

    • Dugomo 19 janvier 2012 at 0h45 #

      J’ai pensé à une marque en particulier, oui, mais cela n’aurait servi à rien de la citer ici.

  3. nokow 18 janvier 2012 at 22h33 #

    J’avais écrit un article un peu similaire il y a quelque temps.

    Il y a une marge énorme entre les marques hi-tech qui ont compris l’utilité du web 2.0 et les marques de pêche qui en sont encore à l’ère du papier.
    Ce n’est pas faute d’essayer de les démarcher (toi en live et moi, comme d’autres, au travers du web) et les réponses, quand j’en reçoit, sont pareilles que celles que tu as reçu, ils ne voient pas l’intérêt. Ils s’imagine qu’on essayer de se faire sponsoriser ou de gratter du matériel.
    Je continue de bloguer par passion et si un jour, ils comprennent l’intérêt du web et des blogueurs, je serai présent pour les accueillir avec, je l’espère, une certaine notoriété dans le domaine.

  4. Benoit B 18 janvier 2012 at 23h04 #

    Bon article :-) Le titre donne envie de retwitter, et le contenu est très juste.
    Comme quoi il y a bcp de plus de boulot quon ne pourrait le penser dans la marche vers lutilisation du web par les entreprises!

  5. Nico 19 janvier 2012 at 0h46 #

    Content de vous avoir rencontrés au salon. Ce que tu dis est vrai mais ça commence quand même à bouger. Je suis persuadé qu’on arrive doucement dans la fin de l’aire des responsables com’ qui ne voient que par le papier. Il y a encore du chemin à faire mais ça commence à aller vraiment dans le bon sens. On va mettre du mucus dans les blogs et les réseaux sociaux, je vous le dit 😀

    • Dugomo 19 janvier 2012 at 0h53 #

      En effet, on a besoin de gens comme toi, qui connaissent le matériel et maitrisent bien l’outil Internet pour faire bouger les choses :-)

      Ce n’est d’ailleurs pas propre à ce secteur, dans les domaines autres que le high tech les dir’com’ en sont toujours à la presse papier et à la pub télé. Alors que leurs client se bougent sur le Net. En positif ou en négatif !

  6. Fred 19 janvier 2012 at 1h22 #

    tu as raison.

    je suis comme toi à la convergence du web et de la pêche (cf mon blog la-peche-a-la-mouche.com ).

    Quand je ne pêche pas ;-), je suis responsable à la CCI de Bayonne Pays Basque d’une mission visant depuis 2003 à aider les entreprises à optimiser leur performance numérique (présence web surtout, eCommerce, efficacité système d’information …).
    Si des missions comme celle-ci existent, c’est qu’il y a du boulot ! Je ne vais pas disserter sur les raisons du retard génétique des TPME sur tout ce qui touche au système d’information, et au marketing, mais c’est un fait. Alors dans ce qui est une fusion des deux : le webmarketing, il y a beaucoup, beaucoup de retards à combler.

    Les entreprises de matos de pêche française sont complètement dans cette veine. Les eCommerçants pêche français sont même souvent caricaturaux (virage vpc/ecommerce souvent mal négocié), sauf un ou deux qui sont plutôt bien faits niveau capacité à convertir, mais pour l’instant un peu trop étriqués dans leur webmarketing, en tout cas, c’est mon ressenti.

    Bref, à par quelques gazelles, le secteur de la pêche en France n’est pas bon en webmarketing, et encore très très loin du marketing social (au sens communautaire) du monde 2.0.
    une page FaceBook ? balbutiements…, un blog alimenté par les pêcheurs vedettes de la marque ? un rêve ! … une chaîne youtube remplie des vidéos des mêmes pêcheurs, postées en continu lors d’un voyage de pêche ? une utopie ! Un réseau de blogueurs influents, meilleur moyen à l’époque du marketing de la prescription pour entrer dans des communautés, blogueurs qui embederaient ces mêmes vidéos au nom de la marque ? fantasme ! … Payer un prestataire pour surveiller sa eRéputation ? vous n’y pensez pas ! … Entretenir un community manager à temps plein ou partagé avec un partenaire ? … mais vous me parlez de quoi ? :-)

    Les gamins ne cliquent jamais sur les pubs, adwords, bannières, ne donnent pas leur adresse email pour s’inscrire à une newsletter… mais ils s’engagent auprès de la marque sous FaceBook, donnent leur avis sur une vidéo Youtube, partagent cette vidéo vers leur communauté, proposent des évolutions produits, lisent les avis avant d’acheter, regardent si leurs copains ont ‘likés » cette paire de slaps, et qui sont ces inconnus qui l’ont « liké » …

    Je veille des secteurs comme la Glisse (Pays Basque oblige), qui, avec une clientèle de Y (de djeunes), peut plus facilement se lâcher niveau webmarketing.

    Des patrons souvent jeunes, une cible jeune, ça aide ! Des boites qui comprendraient tout à fait tes propositions, surtout gratuites! Tu ne vas pas te mettre au surf pour autant :-)
    Le monde du Tourisme se bouge aussi et peut être considéré comme le plus avancé (en tout cas chez nous) : l’embauche de community managers devient assez fréquente dans les office de Tourisme, groupes d’entreprises, … pour y créer du contenu, faire une petite vidéo, raconter des histoires. Le marketing est passé dans l’ère du contenu, de la communauté, du temps réel et de la mobilité …

    Donc le secteur de la pêche en France … n’a pas encore globalement entamé sa mue, il fait encore du commerce à l’ancienne, même sur le web. Tes difficultés ne me surprennent pas une seconde … c’est mon quotidien. Mais c’est passionnant à « combattre » et défricher.

    Halieutiquement >-))))°>

    Frédéric PERES
    la-peche-a-la-mouche.com

    • Dugomo 23 janvier 2012 at 10h02 #

      Ce doit vraiment être sympa de bosser avec le secteur de la glisse, des patrons jeunes et motivés.
      Pourtant il y a une grande similitude avec la pêche, dans le côté passion.

  7. MathieuSitaud 19 janvier 2012 at 10h41 #

    Effectivement !
    +1 comme il est coutume de dire … Sur Clermont il y avait des micros signes de prise de conscience de la portée du web (social) dans la communication des marques. Trop peu encore l’utilise de manière optimisée. On a encore beaucoup de retard sur ce secteur.
    De mon point de vue de directeur d’agence digitale, beaucoup ont déjà fait la démarche de s’ouvrir au moins un page (pour ne pas dire profil > en désaccord avec les CGU …) mais peu s’en servent efficacement. Et ce n’est que pour parler de Facebook … En chiffres, Facebook c’est 25 millions d’utilisateurs français … 25 millions ! Bref…

    Une chose me choque cependant. Beaucoup de marques utilisent le web pour faire leur veille sectorielle mais personne ne l’alimente. Il faudrait faire le test sur une grande marque et voir leur méthode de traitement : je pense qu’on passerait quelques très bonnes minutes de rigolade.
    Historiquement, et il ne faut surtout pas l’oublier, les pêcheurs ont historiquement étaient une des premières communauté à être hyper active sur le web. En France, elle est classée deuxieme en terme de nombre de licenciés (possesseurs de cartes de pêche) juste derrière la fédération de foot…

    Le web des marques de pêche est malheureusement en train de prendre un retard monstrueux … Je ferais (tu m’en excusera Dugo) un rapport à Caperlan.com. Le web des pêcheurs n’est pas mort, au contraire ! Essayons d’être aussi créatifs au bord de l’eau que sur le web. Les pêcheurs nous attendent !

    Merci pour cet espace d’échange autour d’une super thématique Dugo :) je reste persuadé que l’avenir est bon.

    Bien à vous tous
    Mathieu (Co-fondateur d’ANOV Agency et pêcheur passionné)

    • Dugomo 23 janvier 2012 at 10h04 #

      Ce serait en effet marrant de faire un test de dénigrement d’une marque sur les réseaux sociaux : laquelle proposes tu ?

  8. Samuel 20 janvier 2012 at 1h07 #

    Je suis bien daccord sur ce qui a été dit plus haut, en particulier le témoignage de Frédéric PERES.
    Moi qui suit le développeur du logiciel Mon Agenda Halieutique, – un logiciel totalement gratuit – je constate quotidiennement avec mes utilisateurs que lusage dInternet dans le monde de la pêche est encore balbutiant. La presse, les marchands, les fabricants… pratiquement tous nont pas idée du potentiel de vente/promotion que représente la jeune génération abreuvée de forum, blogs, réseaux sociaux …
    Cest cette génération qui aura très bientôt le pouvoir dachat optimal pour acheter du matériel…

    • Dugomo 23 janvier 2012 at 10h07 #

      Ceux qui l’ont compris avant les autres, comme Pecheur.com sont aujourd’hui les leaders de leur secteur

  9. LaurentB 22 janvier 2012 at 21h32 #

    Certains pros du Web (tapez Olivier Levy ou Alexis Faure) n’arrivent même pas à maîtriser leur caisse de résonance, alors les marques…
    Cela dit, pour être intervenu sur plusieurs prestations d’e-réputation, je témoigne qu’une surveillance est indispensable car le désastre est bien plus facile à traiter avant qu’il se propage ou s’installe.

    • Dugomo 23 janvier 2012 at 10h08 #

      Qui sont ces gens ?

  10. Panneaux solaires 22 janvier 2012 at 22h45 #

    Maintenant, outre la question de-reputation, je me demandais cmt le moulinet passe, car selon la prise, il en faut des costauds…
    Merci pour cet article, vrai dans le fond, et marrant dans la forme 😉

  11. […] billet mi sérieux mi déconneur, en imaginant qu’on descende une marque en disant que leurs cannes à pêches sont testées dans l’anus d’un japonais. Je suis très fier de l’illustration, très parlante Les commentaires sur l’article […]

  12. Arnaque ticket-concert 29 janvier 2013 at 16h48 #

    Je dois dire qu’en arrivant sur cet article (avec la grimace japonaise en prime), je me suis dit « qu’est ce que je fous ici » ^^
    Plus sérieusement, je suis entièrement d’accord avec l’article. C’est d’ailleurs surprenant qu’un responsable communication réagisse de cette manière avec Internet.

  13. Peche 3 mai 2013 at 17h52 #

    Bien d’accord avec votre article ainsi que bon nombres de commentaires ! Une marque de pêche sur ce principe n’ira surement pas loin de nos jours !

    Mais l’argent prendra t’il le dessus sur le partage de notre belle passion qui est la peche ?

  14. poisson 28 novembre 2013 at 13h09 #

    Le bon buzz est assez volatile, aussitôt rentré par une oreille qu’il s’échappe déjà par l’autre…par contre un bad buzz lui tâche comme du gros rouge, donc effectivement, il faut savoir surveiller de près ce qu’on peut raconter sur sa personne ou sur sa marque pour pouvoir mettre tout de suite du sel sur la tâche…